Géographique

 

Arc-en-Barrois est situé dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est. La commune est située à 24 km au sud de Chaumont, à 30 km au nord-ouest de Langres et à 15 km de la sortie de l’A5.

Google Maps.png

Arc en images

le_village_ile samone_arc
le_village_mairie_arc
le_village_Chapelle_Sainte-Anne_arc
le_village_chateau_arc
le_village_Pont_Aujon_Route_Aubepierre_a
le_village_eglise_arc
le_village_Lavoirs
le_village_Maison_Renaissance_arc_edited
Blason_Arc-en-Barrois.png

Héraldique

 

Armes parlantes ( D'azur à la fasce cousue de gueules chargée de trois fleurs de lys d'or, accompagnée en chef d'une couronne fermée et en pointe d'un arc couché à la flèche ajustée, le tout du même). La couronne rappelle l'ancien statut de marquisat d'Arc-en-Barrois.

Histoire

Préhistoire et Antiquité

 

Une importante levée gauloise puis voie romaine (de Langres à Sens et Orléans) passait à l'emplacement actuel d’Arc-en-Barrois. Une forteresse romaine, ou arx, située sur la hauteur de Lamotte au-dessus d’Arc-en-Barrois servait à protéger la voie en défendant le passage de la rivière franchie grâce à un pont à une arche (arcus en latin). À l’abri de cette forteresse, quelques fermiers groupèrent leurs habitations pour être protégés par la garnison et l’on bâtit à proximité un hospitium (refuge ou abri pour les voyageurs). Au IVe siècle, lors des invasions barbares, le fortin de la « Motte » est détruit.

La région est une marche, entre les royaumes : Francs, Lorrains (ou Alamans) et Bourguignons. Arc- en-Barrois fera partie tout au long de son histoire du duché de Bourgogne.

Le partage de l’empire de Charlemagne par le traité de Verdun (843) fait que le duché de Bourgogne est attribué à Charles le Chauve tandis que le comté de Bourgogne est attribué à Lothaire. Durant le IXe siècle, Arc est fortifié à nouveau (tour dodécagonale et enceinte entourée de douves). La seigneurie de Chateauvillain/Arc dépend de la famille de Bar liée à une famille plus puissante, celle de Broyes. Arc reste une cité bourguignonne alors que Chateauvillain est champenoise. Une première église qui dépend de l’abbaye de Cluny est édifiée en 1080. Le site demeurera fortifié jusqu’au xiiie siècle, puis abandonné lors de la construction d'un château au bord de l'Aujon.

Moyen Âge

 

La seigneurie d'Arc était associée au Moyen Âge à celle de Châteauvillain (issue de la Maison de Broyes ; cf. Jean de Châteauvillain, mort en 1313, marié avec Jeanne de Semur, née vers 1245, Dame de Semur-en-Brionnais ; Barrois indique qu'à l'origine Châteauvillain et Arc dépendaient du Pagus Barrensis ou Pays/comté de Bar-sur-Aube, dans le Barrois champenois).

Temps modernes

 

Au XVe siècle, les deux fiefs furent dissociés : Arc-en-Barrois passa alors aux de Vienne, puis échut aux Bauffremont-Scey-Sombernon par le mariage en 1527 de Jeanne de Vienne-Listenois (ou Listenais ; 1500-1541) avec Claude de Bauffremont (1506-1536). Leur fils Antoine de Vienne (1531-vers 1605) devint le premier marquis d'Arc et de Listenois (en 1578 ?). En 1622, les Bauffremont cédèrent le marquisat d'Arc au maréchal Nicolas de L'Hospital de Vitry (ci-dessous). Le château, occupé par les Bourguignons au XVe siècle pendant la guerre de Cent Ans, a été remanié au XVIIe siècle. Il fut finalement détruit à la Révolution. En 1629, le village connu un début d'épidémie de peste déclenché, dit-on, à l’occasion du passage de voyageurs qui logèrent dans une hôtellerie du village. Au XVIIe siècle, le village d’Arc-en-Barrois était fortifié et entouré de fossés alimentés par l’Aujon. Les fossés furent comblés sous le comte de Toulouse (ci-dessous) et les murs abattus au commencement de la Révolution. Le domaine (marquisat) d'Arc-en-Barrois appartenait depuis 1622 au maréchal Nicolas de L'Hospital (1581-1644), duc de Vitry (duché sis à Châteauvillain et Arc-en-Barrois, et reprenant le nom du fief familial de Vitry-en-Brie = Vitry-Coubert à Guignes), aussi comte de Châteauvillain par acquisition en 1620. Les domaines de Châteauvillain et Arc-en-Barrois sont donc réunis. Il fut acheté en 1679 à son fils François-Marie de L'Hospital († 1679) par le comte Jean-André de Morstein, ambassadeur de Pologne en Suède puis en France, père de Michel-Adalbert de Morstein, comte de Châteauvillain († 1695, époux en 1693 de Marie-Thérèse d'Albert de Luynes fille du duc Charles-Honoré). Les Morstein le cédèrent en 1693/1699 à Louis Alexandre de Bourbon (1678-1737), comte de Toulouse et amiral de France, fils naturel de Louis XIV. Son fils Louis Jean Marie de Bourbon (1725-1793), duc de Penthièvre, hérita du domaine. Le village fut alors un marquisat du duché de Châteauvillain (1703) dont les Bourbon-Toulouse-Penthièvre étaient titulaires, comme il l'avait été dans le duché de Vitry des L'Hospital.

Révolution et Empire

 

Passées les affres de la Révolution, le domaine fut restitué en 1814 à la fille du duc de Penthièvre, Louise Marie Adélaïde de Bourbon, qui avait épousé en 1769 Louis Philippe, duc d'Orléans. La fille de ces derniers, Adélaïde d'Orléans (sœur de Louis-Philippe Ier), en hérita et reconstruisit le château actuel à l'emplacement de l'ancien. Elle le légua par testament à son filleul le prince de Joinville qui le transmit par héritage à son fils, le duc de Penthièvre.

le_village_Adélaïde_d'Orléans.jpg

Arc-en-Barrois l’origine

 

Le domaine d'Arc-en-Barrois appartenait en 1622 à Nicolas de L'Hospital, duc de Vitry, il fut acheté en 1679 à son fils par le comte de Morstein qui le céda en 1693 à Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse. Son fils Louis-Jean-Marie de Bourbon, duc de Penthièvre hérita du domaine.

Lieux et monuments

 

Château d'Arc-en-Barrois

Le château actuel est construit vers 1845 par la princesse Adélaïde d’Orléans, sœur cadette du roi des Français Louis-Philippe Ier. À la mort de celle-ci, en 1847, le château revient à son filleul le prince de Joinville. C’est aujourd’hui un domaine privé.

 

Maison Renaissance

Située derrière l’hôtel de ville, c’est une maison à ordres superposés construite en 1550. Elle est classée Monument historique.

Médiathèque - Le Relais.

La Médiathèque d’Arc-en-Barrois s’étend sur 300 m² et propose plusieurs espaces : enfants, adultes, audiovisuel, presse et informatique. Elle offre à TOUS un accès à la culture grâce à de nombreux supports : livres, documentaires, périodiques, bandes-dessinées, mangas, CD, DVD, Internet.


Fonds documentaire

Prêts de plus de 3000 ouvrages Dépôt de 700 CD et 200 DVD de la Médiathèque départementale Acquisitions régulières de nouveautés Offre d’une dizaine de titres de périodiques Renouvellement du fonds tous les trois mois avec le passage du bibliobus et médiabus Animations et expositions régulières 2 quotidiens (le Journal de la Haute-Marne et La voix de la Haute-Marne) et des revues pour adultes et enfants. Informatique 5 postes permettent d’accéder à Internet, à des sélections de sites, à des outils bureautiques et de consulter notre catalogue.

Église Saint-Martin

L'église Saint-Martin est une église gothique du XIIIᵉ siècle, située dans la commune d'Arc-en-Barrois, dans le département de la Haute-Marne. Elle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 13 février 1928. Elle possède un sépulcre datant de 1672 avec 7 personnages.

Glacière

la glacière a été construite en 1873 par le prince de Joinville. De forme ovoïdale, enterrée et d’une hauteur de 8,5 m, elle servait à stocker la glace prélevée sur l’étang du château.

Machine à vapeur

C’est également sous l’impulsion du prince de Joinville qu’une machine à vapeur est construite en 1896, servant au fonctionnement d’une ancienne scierie. Elle monte sur 3 étages, avec foyer, chaudière tubulaire de 9 m3, machine à vapeur 80 CV avec volant de 3,5 m. Elle fonctionne jusqu’en 1963. Elle est classée Monument historique depuis 1977.

Forêt d'Arc-en-Barrois

La forêt domaniale d’Arc-en-Barrois, partagée avec Aubepierre-sur-Aube notamment, est une des plus étendues de France avec ses 15 210 hectares. Elle est considérée comme le plus grand domaine de chasse au gros gibier de France. Elle abrite un ensemble de dix-sept dolmens, la plupart dans un état très dégradé.

Dolmens ferme de Sautreuil

Ce groupe de Dolmens comprend une dizaine d'édifices en très mauvais état, endommagés par les travaux forestiers et l'emport de nombreuses dalles au XIXe siècle pour des usages ménagers ou agricoles. Le dolmen le mieux conservé comporte une chambre d'environ 3 m de longueur sur 1,25 m de largeur orientée nord-sud. Les orthostates du côté ouest sont inclinés vers l'intérieur de la chambre. Côté est, un pilier mesure 1,80 m de hauteur. Il est surmonté d'un bloc creusé en auge placé dans cette position à une date récente. Ce dolmen a été fouillé par G. Bourgeois en 1903. Il y découvrit une vingtaine de dents humaines, des tessons de céramique, deux pendeloques en dent de sanglier et des charbons de bois.

A peu de distance du dolmen, un petit coffre mégalithique est visible. D'une superficie d'environ 1 m2, il est recouvert d'une dalle inclinée.

Haut de page fond vert.png